Détails des Données

 


Long Covid | Sars-CoV-2 | graphiques | détection | vaccination | vaccin | traitement

Coronavirus SARS-CoV-2 - Covid-19
Certificat numérique Covid européen
Covid-19 est une maladie infectieuse respiratoire (pneumonie virale) qui est causé par le coronavirus Sars-CoV-2

01 Janvier 2022
  Dans le Monde  
Cas Coronavirus:
288 598 994
Décès Coronavirus:
5 454 990
Vaccination: total au moins une dose:
58,2 %
Seulement 8,5 % des habitants des pays à faible revenu
ont reçu au moins une dose.
Doses administrées dans le monde:
9,15 milliards

  En France  
Cas Coronavirus:
9 972 800
Décès Coronavirus:
123 741
En réanimation:
3543
Vaccination: total première dose:
52 857 077
Vaccination: total deuxième dose:
51 400 018
% des français vaccinés (2 doses)
Vaccination: ayant reçu 3 doses
21 750 327
% des français totalement vaccinés (3 doses)

  Au Royaume-Uni  
Cas Coronavirus:
12 937 886
Décès Coronavirus:
148 624
Vaccination: total première dose:
51 771 384
Vaccination: total deuxième dose:
47 412 181
% des britanniques vaccinés (2 doses)
Vaccination: ayant reçu 3 doses
33 924 738
% des britanniques totalement vaccinés (3 doses)

Noms proposés pour les variantes de Covid
  Pays   Nom scientifique     Nom de l'OMS  
  Kent, Royaume-Uni   B.1.1.7   Alpha
  Afrique du Sud   B.1.351   Beta
  Brésil   P.1   Gamma
  Inde   B.1.617.2   Delta
  Afrique du Sud   B.1.1.529   Omicron


Résumé graphique au 01/01/2022

   
        
    
        
    

    
    
    
   
    



Population Mondiale: 7800 millions (2020)   

      

A l'échelle mondiale:
- Variole (Smallpox): au moins 350 millions de morts
- Peste bubonique (Bubonic plague): jusqu'à 200 millions de morts
- Choléra: 50 millions de morts
1918 Spanish Flu - Grippe espagnole (souche H1N1) - au moins 50 millions de morts
1957 A H2N2 Asian Flu - 1,1 million de morts
1968 A H3N2 Hong Kong Flu - entre 1 million et 4 millions de morts
1983 HIV AIDS (VIH/SIDA) - depuis l’épidémie 32 millions de morts
2002 SARS-CoV - (Severe Acute Respiratory Syndrome) (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) au moins 774 morts
2009 H1N1 - entre 151 700 et 575 400 morts
2012 MERS-CoV - (Middle East Respiratory Syndrome Coronavirus) au moins 858 de morts
2019 SARS-CoV-2 Coronavirus - Covid-19 - depuis l’épidémie plus de 5,5 millions de morts



Les taux de mortalité de la Covid et de la grippe sont:
2,3 % pour la Covid-19 en France et environ
0,3 % pour la grippe

Données du CDC (USA) (Centers for Disease Control and Prevention)
Du 14 décembre 2020 au 9 août 2021
Système de notification des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS):
Les rapports de décès après la vaccination contre le COVID-19 sont rares: 0.0019%
Ces rapports ne signifient pas nécessairement qu'un vaccin a causé un problème de santé.
Un examen des informations cliniques disponibles, y compris les certificats de décès, l'autopsie et les dossiers médicaux, n'a pas établi de lien de causalité avec les vaccins COVID-19.
Cependant, des rapports récents indiquent une relation causale plausible entre le vaccin J&J/Janssen COVID-19 et le TTS, un événement indésirable rare et grave – des caillots sanguins avec un faible nombre de plaquettes – qui a causé des décès.





Le bilan réel du Covid-19 serait bien plus élevé sans les règles de distanciation sociales appliquées dans une grande partie des pays touchés. Il faudra attendre une étude scientifique et démographique complète avant d’avoir des chiffres sur les décès imputables à l’épidémie de Covid-19 se rapprochant de la réalité.



Technologie ARNm
Le vaccin pénètre les cellules, mais ne se rend pas au noyau, là où se trouve l’ADN.
La technologie ARNm incite les cellules à produire une protéine spécifique qui se retrouve à la surface du virus COVID-19, ce qui encourage le système à produire des anticorps qui combattront à leur tour le virus en cas d’infection.
Après avoir provoqué la production de la protéine, l’ARNm se dégrade sans affecter l’ADN.


8 octobre 2020"Long Covid": Pourquoi certaines personnes ne récupèrent-elles pas?
Pour la plupart des gens, Covid-19 est une maladie brève et bénigne, mais certains sont aux prises avec des symptômes tels qu'une fatigue durable, une douleur persistante et un essoufflement pendant des mois.

La condition connue sous le nom de "Long Covid" a un effet débilitant sur la vie des gens, et les histoires d'épuisement après une courte promenade sont maintenant courantes.
Jusqu'à présent, l'accent a été mis sur le sauvetage de vies pendant la pandémie, mais il est maintenant de plus en plus reconnu que les gens sont confrontés aux conséquences à long terme d'une infection à Covid.
Pourtant, même les questions de base - telles que pourquoi les gens obtiennent Long Covid ou si tout le monde se rétablira complètement - sont semées d'incertitudes.

Qu'est-ce que le long Covid?
Il n'y a pas de définition médicale ou de liste de symptômes partagés par tous les patients - deux personnes atteintes de Covid long peuvent avoir des expériences très différentes.
Cependant, la caractéristique la plus courante est la fatigue paralysante.
Les autres symptômes comprennent: l'essoufflement, une toux persistante, des douleurs articulaires, des douleurs musculaires, des problèmes d'audition et de vue, des maux de tête, une perte de l'odorat et du goût ainsi que des lésions cardiaques, pulmonaires, rénales et intestinales.
Des problèmes de santé mentale ont été signalés, notamment la dépression, l'anxiété et la difficulté à penser clairement.
Cela peut totalement détruire la qualité de vie des gens.

"Ma fatigue ne ressemblait à rien de ce que j'ai vécu auparavant", a déclaré une victime
"Je n'ai pas de vie, j'ai actuellement une existence"

Patient atteint de coronavirus incapable de travailler six mois Long Covid, ce n'est pas seulement des personnes qui prennent le temps de se remettre d'un séjour en soins intensifs. Même les personnes atteintes d'infections relativement légères peuvent se retrouver avec des problèmes de santé durables et graves.

"Nous avons aucun doute Long Covid existe", a déclaré le professeur David Strain, de l'Université d'Exeter, qui reçoit déjà des patients atteints de longue durée de Covid dans sa clinique du syndrome de fatigue chronique.
Combien de personnes l'obtiennent?
Une étude de 143 personnes dans le plus grand hôpital de Rome, publiée dans le Journal of the American Medical Association, a suivi des patients hospitalisés après leur sortie.
Elle a montré que 87% avaient au moins un symptôme près de deux mois plus tard et plus de la moitié avaient encore de la fatigue. Cependant, ces études se concentrent uniquement sur la minorité de personnes qui finissent par avoir besoin d'un traitement hospitalier.

L'application Covid Symptom Tracker - utilisée par environ 4 millions de personnes au Royaume-Uni - a révélé que 12% des personnes présentaient toujours des symptômes après 30 jours. Ses dernières données non publiées suggèrent que jusqu'à une personne sur 50 (2%) de toutes les personnes infectées présente des symptômes de longue durée de Covid après 90 jours.

Avez-vous besoin de Covid sévère pour obtenir Long Covid?
Il semble que non.
La moitié des personnes participant à une étude à Dublin souffraient encore de fatigue 10 semaines après avoir été infectées par un coronavirus. Un tiers était physiquement incapable de retourner au travail.
Surtout, les médecins n'ont trouvé aucun lien entre la gravité de l'infection et la fatigue.
Cependant, l'épuisement extrême n'est qu'un symptôme d'un long Covid.

Le professeur Chris Brightling, de l'Université de Leicester et enquêteur en chef du projet PHOSP-Covid, qui suit le rétablissement des personnes, pense que les personnes qui ont développé une pneumonie peuvent avoir plus de problèmes en raison de lésions pulmonaires.
Scans de poumons infectés par un coronavirus montrant des zones de pneumonie

Comment le virus cause-t-il un Long Covid?
Il y a beaucoup d'idées, mais pas de réponses définitives.
Le virus a peut-être été éliminé de la majeure partie du corps, mais continue de persister dans certaines petites poches.
"S'il y a une diarrhée à long terme, alors vous trouvez le virus dans l'intestin,
s'il y a une perte d'odeur, c'est dans les nerfs - alors c'est peut-être ce qui cause le problème", explique le professeur Tim Spector, du King's College de Londres.

Le coronavirus peut infecter directement une grande variété de cellules dans le corps et déclencher une réponse immunitaire hyperactive qui provoque également des dommages dans tout le corps.
Une pensée est que le système immunitaire ne revient pas à la normale après Covid, ce qui entraîne des problèmes de santé.
L'infection peut également altérer le fonctionnement des organes des personnes. Cela est plus évident avec les poumons s'ils deviennent cicatrisés - des problèmes à long terme ont été observés après une infection par Sars ou Mers, qui sont les deux types de coronavirus.

Mais Covid peut également modifier le métabolisme des gens. Il y a eu des cas de personnes qui ont du mal à contrôler leur glycémie après avoir développé un diabète à la suite de Covid, et Sars a conduit à des changements dans la façon dont le corps a traité les graisses pendant au moins 12 ans.
Il y a des signes précoces de changements dans la structure du cerveau, mais ceux-ci sont toujours à l'étude. Et Covid-19 fait également des choses étranges au sang, y compris une coagulation anormale, et endommage le réseau de tubes qui transportent le sang autour du corps.

Inside Health: Sticky Blood et Covid 19
Le professeur Strain a déclaré: "La théorie sur laquelle je travaille est un vieillissement prématuré des petits vaisseaux sanguins qui fournissent de l'oxygène et des nutriments aux tissus." Mais il a averti que jusqu'à ce que nous découvrions ce qui cause Long Covid "il est difficile de comprendre les traitements."
Est-ce inhabituel?
La fatigue post-virale ou une toux post-virale sont bien documentées et courantes - nous avons probablement tous eu une infection qui a mis du temps à se remettre complètement.
Environ une personne sur 10 souffrant de fièvre glandulaire souffre de fatigue qui dure des mois. Et il a même été suggéré que la grippe, en particulier après la pandémie de 1918, pourrait être liée à des symptômes semblables à ceux de la maladie de Parkinson.
"Avec Covid, il semble y avoir des symptômes de plus grande portée et le nombre de personnes semble être beaucoup plus important", déclare le professeur Brightling.
L'accent est mis sur le mot "semble" car tant que nous n'aurons pas une image fidèle du nombre de personnes infectées, nous ne saurons pas exactement à quel point ces symptômes sont courants, dit-il.

Il a déclaré: "Le caractère unique de la façon dont le virus attaque l'hôte et les différentes façons dont il modifie ensuite le comportement des cellules semblent à la fois donner aux gens une infection plus grave que les autres virus et des symptômes persistants."
"Nous avons demandé, délibérément, de suivre les gens pendant 25 ans, j'espère certainement que seul un très petit nombre aura des problèmes au-delà d'un an, mais je peux me tromper", a déclaré le professeur Brightling.
Cependant, on craint que même si les gens semblent se remettre maintenant, ils pourraient faire face à des risques à vie.

Les personnes qui ont eu le syndrome de fatigue chronique sont plus susceptibles de l'avoir à nouveau et le problème est que les infections futures pourraient provoquer davantage de poussées.
"Si Long Covid suit le même schéma, je m'attendrais à une certaine guérison, mais s'il suffit d'une autre infection à coronavirus pour réagir, cela pourrait être chaque hiver", a déclaré le professeur Strain.
Il est encore possible que d'autres problèmes surgissent à l'avenir.

L'Organisation Mondiale de la Santé a averti que l'inflammation généralisée causée par le coronavirus pourrait entraîner des problèmes cardiaques à un âge beaucoup plus jeune.

Que dois-je faire si je pense avoir Long Covid?
Les "trois P" pour économiser l'énergie:
Prenez votre rythme pour ne pas vous pousser trop fort et assurez-vous de vous reposer suffisamment
Planifiez vos journées pour que vos activités les plus fatigantes s'étalent sur la semaine
Priorisez - pensez à ce que vous devez faire et à ce qui peut être reporté
Parler à votre équipe hospitalière ou à votre médecin généraliste si vous ne vous rétablissez pas aussi rapidement que prévu.



17 Novembre 2020 Moderna: le vaccin Covid montre une protection de près de 95%
Un nouveau vaccin qui protège contre Covid-19 est efficace à près de 95%, selon les premières données de la société américaine Moderna.

Les résultats font suite à des résultats similaires de Pfizer et renforcent la confiance croissante que les vaccins peuvent aider à mettre fin à la pandémie.
Les deux sociétés ont utilisé une approche hautement innovante et expérimentale pour concevoir leurs vaccins.
Les deux vaccins utilisent la même approche consistant à injecter une partie du code génétique du virus afin de provoquer une réponse immunitaire.

Les données préliminaires que nous avons vues jusqu'à présent sont très similaires - environ 90% de protection pour le vaccin Pfizer / BioNTech et environ 95% pour Moderna.
Cependant, les deux essais sont toujours en cours et les chiffres définitifs pourraient changer.

Le vaccin de Moderna semble être plus facile à stocker car il reste stable à moins 20°C pendant jusqu'à six mois et peut être conservé dans un réfrigérateur standard jusqu'à un mois.
Le vaccin de Pfizer nécessite une conservation ultra-froide à environ moins 75°C, mais il peut être conservé au réfrigérateur pendant cinq jours.

Le vaccin Spoutnik V, développé en Russie, a également publié des données très précoces qui suggèrent qu'il est efficace à 92%.

Comment ça marche?
Moderna a développé un "vaccin à ARN" - cela signifie qu'une partie du code génétique du coronavirus est injectée dans le corps.
Cela commence à produire des protéines virales, mais pas tout le virus, ce qui est suffisant pour entraîner le système immunitaire à attaquer.
Il devrait entraîner le corps à fabriquer les deux anticorps - et une autre partie du système immunitaire appelée lymphocytes T pour lutter contre le coronavirus.


1 octobre 2020 Dexaméthasone
La dexaméthasone est utilisée pour les patients Covid-19. Il permet de réduire les cas graves et la mortalité. C'est un médicament qui appartient à la famille des corticostéroïdes. Il est connu pour ses puissants effets anti-inflammatoires.

Les effets de ce médicament contre le Covid-19 ont été évalués par des chercheurs britanniques, auprès de 6 400 patients au Royaume-Uni dans un essai clinique baptisé "Recovery".

Les résultats publiés le 16 juin ont montré que l'utilisation de la dexaméthasone pouvait réduire significativement la mortalité chez les malades gravement atteints de Covid-19.
Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont administré de la dexaméthasone à 2 104 malades pendant 10 jours et ont comparé leur état de santé avec un autre groupe de 4 321 patients, qui eux, n'avaient pas reçu de traitement.

Au terme de leur analyse, ils ont constaté que:

La mortalité des malades les plus affectés - ceux sous ventilation artificielle - était réduite d'un tiers.
La mortalité des malades à qui on administrait de l'oxygène par masque, sans les intuber, était réduite d'un cinquième.
Aucun bénéfice pour les patients malades qui ne recevait aucune assistance respiratoire.

Selon les responsables de l'essai, "une mort sur huit pourrait être évitée grâce à ce traitement chez les patients placés sous ventilation artificielle", indiquent-ils dans un communiqué.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait salué cette "percée scientifique": Les services de Santé du Royaume-Uni (NHS) ont alors commencé à utiliser le dexamethasone pour traiter le Covid-19.

Le 22 juin 2020, l'Organisation mondiale de la Santé appelait les fabricants à augmenter la production de ce puissant stéroïde.
L'Agence européenne du médicament a validé dans un communiqué du 18 septembre l'utilisation de la dexaméthasone chez les adultes et les adolescents qui nécessitent une oxygénothérapie supplémentaire.



5 Septembre 2020 Vaccin Russe Spoutnik V contre le Coronavirus
Une première étude montre que leur candidat-vaccin contre le coronavirus, Spoutnik V, donne des résultats préliminaires encourageants.

Le vaccin en cours de développement par le gouvernement russe et l'institut de recherche Gamaleïa déclenche une réponse immunitaire et n'a pas entraîné d'effets indésirables graves, conclut l'article, publié par la prestigieuse revue britannique The Lancet, après évaluation par un comité de scientifiques indépendants.

Ces résultats ne prouvent pas encore que le vaccin protège efficacement contre une infection par le nouveau coronavirus, ce que devront montrer des études de plus grande ampleur, soulignent toutefois des experts.

"La publication dans The Lancet constitue une réponse puissante aux sceptiques qui ont critiqué de manière déraisonnable le vaccin russe", a jugé vendredi Kirill Dmitriev, directeur du fonds souverain russe, associé au financement du vaccin, au cours d'un point presse à Moscou par visioconférence.

Le Spoutnik V est constitué de deux vaccins différents, administrés en deux injections successives, détaille l'article publié vendredi.

Il s'agit de vaccins à vecteur viral: ils utilisent comme support deux adénovirus (virus très courants, responsables notamment de rhumes), transformés pour y ajouter une partie du virus responsable du Covid-19.

Lorsque l'adénovirus modifié pénètre dans les cellules des personnes vaccinées, ces dernières vont fabriquer une protéine typique du Sars-Cov-2, apprenant ainsi à leur système immunitaire à le reconnaître et à le combattre, explique l'auteur principal de l'article, Denis Logounov, de l'Institut Gamaleïa.

Deux études de petite taille ont été menées sur 76 adultes volontaires en bonne santé, âgés de 18 à 60 ans.
Elles concluent "qu'aucun effet indésirable grave n'a été détecté" et observent "la production d'anticorps" chez "tous les participants", y compris des "anticorps neutralisants".

La quantité d'anticorps retrouvée "chez les volontaires vaccinés est largement supérieure à celle chez les malades", mesurée à partir du plasma de patients guéris du Covid-19, a souligné Inna Dolgikova, l'une des auteurs de la publication, lors du point presse.
Le vaccin déclenche également l'autre volet de la réponse immunitaire qui passe par les lymphocytes T.
Ces études, financées par le ministère russe de la Santé, ont été menées entre le 18 juin et le 3 août.

Des essais de grande taille, avec un suivi plus long et incluant la comparaison avec un placebo sont désormais nécessaires pour établir dans la durée l'innocuité et l'efficacité du vaccin, soulignent leurs auteurs.
Ce sera le rôle de l'essai de phase 3, démarré fin août, qui doit inclure 40.000 participants de différents âges et avec des niveaux de risque différents.

La pandémie de Covid-19 a entraîné une mobilisation sans précédent de nombreux pays pour développer le plus vite possible un vaccin susceptible de protéger contre cette maladie.
Selon l'OMS, un total de 176 candidats vaccins sont en cours de développement dans le monde, dont 34 sont au stade des essais cliniques, ce qui signifie qu'ils ont commencé à être testés sur des humains. Parmi ceux-ci, 8 sont en phase 3, la plus avancée.

En termes de calendrier réaliste, nous ne nous attendons vraiment pas à voir une vaccination généralisée avant le milieu de l'année prochaine, a toutefois prévenu vendredi une porte-parole de l'OMS, Margaret Harris, rappelant que cette étape de tests massifs sur des volontaires prenait du temps.



5 septembre 2020 De la cortisone pour les patients les plus graves
Concernant les médicaments, plusieurs molécules dont on a entendu parler, comme l'hydroxychloroquine prônée par le professeur Didier Raoult, ou le Remdesivir n'ont finalement pas prouvé une efficacité notable.

En parallèle, depuis des mois des médecins utilisent également des corticoïdes, en clair de la cortisone. Pour les patients graves, cela aide le corps à mieux se défendre, à mieux combattre le virus. La cortisone est justement, depuis quelques jours, désormais officiellement recommandée par l'OMS.

"Des études cliniques ont permis aujourd’hui d’établir avec une très grande certitude que la corticothérapie permet d’améliorer considérablement les chances de survie pour les personnes atteintes du Covid-19".
Dans certains hôpitaux c'est utilisé de façon quotidienne.



30 Avril 2020 - Remdesivir: un médicament pour lutter contre le coronavirus
Le remdesivir a réduit la durée des symptômes de 15 à 11 jours lors d'essais cliniques menés dans des hôpitaux du monde entier.

Les détails complets n'ont pas été publiés, mais les experts ont déclaré que ce serait un "résultat fantastique" s'il était confirmé, mais pas une "balle magique" pour la maladie.

Le remdesivir a été initialement développé comme traitement contre Ebola. C'est un antiviral qui agit en attaquant une enzyme dont un virus a besoin pour se répliquer à l'intérieur des cellules.

L'essai a été mené par l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et 1 063 personnes y ont participé. Certains patients ont reçu le médicament tandis que d'autres ont reçu un traitement placebo (factice).

D'autres médicaments étudiés pour Covid-19 comprennent ceux contre le paludisme et le VIH qui peuvent attaquer le virus ainsi que des composés qui peuvent calmer le système immunitaire.



30 Avril 2020 - Coronavirus: le vaccin «pourrait être prêt d'ici la fin de l'année»
Un vaccin contre le coronavirus pourrait être disponible pour une utilisation limitée d'ici la fin de l'année, a déclaré le directeur général d'AstraZeneca, Pascal Soriot.

Le géant pharmaceutique a accepté de fabriquer et de distribuer un vaccin contre le coronavirus développé par l'Université d'Oxford, si le traitement s'avère efficace.

M. Soriot a déclaré que les antécédents de l'équipe de l'Université d'Oxford sont très solides, que leur technologie est avancée et AstraZeneca saura d'ici juin ou juillet si sa confiance est bien placée.

Le partenariat avec AstraZeneca vise à renforcer les capacités de production de dizaines de millions de doses d'ici la fin de l'année, si le traitement est efficace.



23 Avril 2020 - Vaccin contre le Covid-19: l’université d’Oxford effectue des tests sur l’homme
Le vaccin a été développé en moins de trois mois par une équipe de l'Université d'Oxford. Sarah Gilbert, professeur de vaccinologie à l'Institut Jenner, a dirigé la recherche préclinique.

Plusieurs stratégie vaccinales existent:
. le virus inactivé
. le virus atténué
. morceaux du virus ou de son code génétique

Le vaccin est fabriqué à partir d'une version affaiblie d'un virus du rhume commun (connu sous le nom d'adénovirus) de chimpanzés qui a été modifié afin qu'il ne puisse pas se développer chez l'homme.

Les scientifiques ont pris des gènes pour la protéine spike à la surface du coronavirus, et les ont mis dans un virus inoffensif pour faire un vaccin. Ceci est injecté au patient. Le vaccin pénètre dans les cellules qui commencent alors à produire la protéine spike du coronavirus. Cela incite le système immunitaire à produire des anticorps et à activer les cellules T tueuses pour détruire les cellules infectées.
Si le patient rencontre à nouveau un coronavirus, les anticorps et les cellules T sont déclenchées pour lutter contre le virus.

Les scientifiques espèrent avoir un million de doses prêtes d'ici septembre et intensifier considérablement la fabrication après cela, si le vaccin s'avérait efficace.



Le Sars-CoV-2 provient probablement de chauves-souris.
Détection décembre 2019 en Chine (Wuhan)
Début du confinement en France le 17/03/2020
Fin du confinement en France le 11/05/2020

80% des cas sont bénins
15% des cas peuvent provoquer une pneumonie sévère
5% restants peuvent devenir critique, voire mortelle
Les symptômes peuvent inclure: fièvre, toux, Essoufflement
Incubation: 2 à 14 jours

Très contagieux: Le R0 ou R zéro, nombre moyen de personnes auxquelles un malade risque de transmettre la maladie. En avril 2020, il se situe entre 2 et 3, quand il n'est que d'1 pour la grippe saisonnière. Partout, les gouvernements veulent faire passer le nombre de reproductions d'environ trois à moins d'un, d'où le confinement.

Il peut survivre sur des surfaces dures jusqu'à 72 heures.
Le coronavirus est facilement inactivé:
Nettoyage des surfaces contaminées avec une solution d'éthanol (alcool à 62-71%),
de peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée à 0,5%) ou d'hypochlorite de sodium (eau de javel à 0,1%).
Le lavage fréquent des mains avec du savon et de l'eau est le moyen le plus efficace pour éviter les transmissions.



Détecter le COVID-19, les questions à se poser:
. Fiévre
. La toux
. Perte de votre goût ou d'odorat
. Mal de gorge
. Douleurs musculaires, courbatures
. Diarrhée
. Fatigue inhabituelle
. Difficulté pour s'alimenter ou de boire
. Manque de souffle inhabituel
. Age
. Surpoids
. Hypertension artérielle
. Maladie cardiaque ou vasculaire
. Diabétique
. Cancer
. Maladie respiratoire
. Insuffisance rénale chronique
. Maladie chronique du foie
. Enceinte
. Maladie connue pour diminuer les défenses immunitaires
. Traitement immunosuppresseur

Aggravation
En cas d'aggravation, le sepsis (la septicémie) se développe au bout de neuf à dix jours et le syndrome de détresse respiratoire aigu de dix à douze jours. Si l'état de santé du patient s'aggrave encore, l'atteinte au coeur et aux reins commence au 15e jour en moyenne, et une infection secondaire apparaît au 17e jour.



Les coronavirus appartiennent à la famille des coronaviridés, en circulation naturelle parmi de nombreuses espèces animales, avec des effets variés, de l’inoffensif au mortel. Ce sont des virus à ARN (acide ribonucléique), donc très sujets à mutations et propice à des recombinaisons.

Quatre types de coronavirus bénins sont connus chez l’humain et sont responsables de 15 à 30% des rhumes courants.

Trois autres types provoquent des infections graves: SARS-CoV (épidémmie 2002-2003), SARS-CoV-2 proche du précédent et responsable du Covid-19 et MERS-CoV qui a sévi au Moyen-Orient en 2012.



Différence: épidemie, pandémie, endémie
Une épidémie est une maladie qui affecte un grand nombre de personnes au sein d'une communauté, d'une population ou d'une région.

Une pandémie est une épidémie qui se propage sur plusieurs pays ou continents.

Une endémie est quelque chose qui appartient à un peuple ou à un pays particulier. Les endémies sont une présence constante dans un endroit spécifique. Le paludisme est endémique dans certaines parties de l'Afrique.


Sources

Gouvernement.fr
Santé Publique France
Organisation mondiale de la santé (OMS) World Health Organization (WHO)
Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC)
U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC)
The Lancet
Johns Hopkins University & Medicine
Our World In Data
CDC chinois


ID 43

Annuler